Home Communiqué de presse Une chaîne d’approvisionnement fragile montre l’importance de privilégier la production alimentaire locale

Une chaîne d’approvisionnement fragile montre l’importance de privilégier la production alimentaire locale

by Liane
295 views

Le 27 janvier 2022

Une chaîne d’approvisionnement fragile montre l’importance de privilégier la production alimentaire locale

FREDERICTON – De nombreux Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises ont été inquiets de trouver des étagères de fruits et légumes vides partout dans la province la semaine dernière en raison de plusieurs tempêtes de neige importantes. Le porte-parole du Parti vert en matière d’agriculture et député de Kent-Nord, Kevin Arseneau, affirme que cette situation est révélatrice d’un système alimentaire qui dépend de l’importation de fruits et de légumes et qui sera de plus en plus perturbé par des crises survenant à l’extérieur du Nouveau-Brunswick, comme des phénomènes météorologiques violents dus aux changements climatiques ou des épidémies majeures de COVID.

« Lorsque nous dépendons si largement de produits provenant de l’extérieur de la province, une sécheresse en Californie ou une tempête de neige en Ontario peut avoir un impact sur la disponibilité des aliments pour les habitants du Nouveau-Brunswick », a déclaré M. Arseneau. « C’est pourquoi nous avons besoin de voir un engagement réel de la part du gouvernement Higgs pour nous assurer que les fruits et légumes de chez nous sont facilement disponibles sur les tablettes des épiceries. »

Le Nouveau-Brunswick ne produit que 7 % des légumes qui sont consommés dans la province. En janvier dernier, le gouvernement Higgs a publié sa Stratégie sur les boissons et les aliments locaux, dont l’objectif est d’augmenter la production de fruits et légumes dans la province et d’accroître la présence d’aliments locaux dans les épiceries, mais qui manque de substance.

« Les gens veulent avoir des aliments locaux sur leur table, mais pour ce faire, le gouvernement a besoin de politiques tangibles pour atteindre son objectif de rendre les aliments locaux disponibles dans le plus grand nombre de milieux possible », a déclaré M. Arseneau. « Cela pourrait comprendre un quota sur les produits locaux, afin que les agriculteurs puissent planifier et se préparer à avoir des produits locaux dans les épiceries tout au long de l’année, ou soutenir les chaînes d’approvisionnement locales en habilitant les infrastructures coopératives, la distribution et la transformation. »

Arseneau affirme que la pandémie montre l’importance des aliments locaux et la contribution des agriculteurs locaux. Elle offre une occasion de repenser l’agriculture dans la province.

« Le Nouveau-Brunswick doit agir maintenant pour une véritable souveraineté alimentaire de la province », a déclaré Arseneau. « Nous devons investir dans les fermes existantes et les nouveaux agriculteurs, ainsi que garantir un modèle viable et durable qui s’éloigne du modèle monopolistique, monoculturel, industriel et extractiviste actuellement pratiqué. »

-30-