Home Communiqué de presse Un projet de loi du gouvernement ouvre la porte qui laissera Énergie NB poursuivre des intérêts commerciaux privés

Un projet de loi du gouvernement ouvre la porte qui laissera Énergie NB poursuivre des intérêts commerciaux privés

by Liane
108 views

Le 30 novembre, 2021

Un projet de loi du gouvernement ouvre la porte qui laissera Énergie NB poursuivre des intérêts commerciaux privés

FREDERICTON – Le chef du Parti vert et député de Fredericton-Sud, David Coon, affirme que le projet de loi du gouvernement visant à modifier la Loi sur l’électricité permettra à Énergie NB d’établir des entreprises privées pour vendre des produits et des services, sans aucune surveillance publique.  Le projet de loi créera une société de portefeuille qui sera la propriété d’Énergie NB elle-même, mais contrôlée par la direction d’Énergie NB, qui pourra lancer des entreprises privées soutenues par les contribuables. 

« J’ai été sidéré lorsque j’ai vu ce projet de loi pour la première fois, car il modifie fondamentalement le mandat d’Énergie NB en tant que service public », a déclaré M. Coon. « Le projet de loi permet à Énergie NB de mettre en place une structure corporative qui lui permettra de poursuivre des entreprises commerciales, ou d’investir dans les entreprises commerciales d’autres personnes, comme le projet d’hydrogène de JOI Scientific, sans aucune responsabilité publique. »

Le projet de loi, qui permettra également à Énergie NB de transférer du personnel, des biens et d’autres actifs dans des entreprises privées nouvellement créées, est actuellement débattu par le Comité de la politique économique de l’Assemblée législative, qui n’a pas le mandat d’appeler des témoins experts. Lors du débat en deuxième lecture, M. Coon a tenté de faire envoyer le projet de loi au Comité de modification des lois afin d’entendre des témoins experts, mais les membres du gouvernement ont rejeté sa motion.

« Pourquoi le gouvernement Higgs utilise-t-il sa majorité pour faire passer ce projet de loi à l’Assemblée législative, sans examen adéquat ? » demande Coon.  « Il change fondamentalement le mandat d’Énergie NB en tant que service public, le lançant dans le monde du capitalisme de risque aux risques des contribuables. »