Home Assemblée législative Priorités budgetaires 2019 – 2020

Priorités budgetaires 2019 – 2020

by David
638 views

Le budget 2019-2020 : Propositions de David Coon, chef du Parti Vert présentées au Ministre de Finances, Ernie Steeves

  1. Assurer la viabilité des finances publiques

Le budget ne sera pas soutenable si nous persistons à maintenir des politiques fiscales injustes. Nous ne disposons pas des fonds nécessaires pour fournir des soins à domicile et en foyers de soins,  des soins de santé mentale et  ceux destinés aux personnes en situation de handicap parce que l’industrie lourde ne paye pas sa juste part des taxes foncières et parce que les riches sociétés ne payent pas leur juste part des impôts sur le revenu. Nous devons réformer notre régime de taxes foncières pour s’assurer que l’industrie paye sa juste part et nous devons en collaboration avec le gouvernement fédéral augmenter les efforts pour colmater les brèches qui permettent aux sociétés prospères d’éviter leurs impôts.

Le budget sera fiscalement irresponsable s’il ne prend pas en compte les bilans écologiques  et sociaux.  Nous n’avancerons pas si le budget mine le tissu social, détériore le monde vivant,  renforce le désenchantement ou prolonge notre empreinte carbone. Nous devons réduire la dette écologique et sociale accumulée par nos gouvernements successifs. Pour ce faire, nous devons prévoir des augmentations ciblées dans certains domaines.

2. Le développement du secteur privé

L’économie du Nouveau-Brunswick n’est pas suffisamment diversifiée et s’est appuyée  trop longtemps sur les matières premières dont la valeur est soumise aux cotations internationales et à la volatilité des marchés d’exportation.

L’avenir est dans une économie plus verte et plus locale. Une trop grande partie de notre richesse est détournée vers d’autres provinces et d’autres payspour l’achat de biens et de services.  Nous serons en mesure de créer une richesse collective par le développement d’un plus grand nombre de petites et moyennes entreprises locales qui fourniront les biens et les services dont nous avons besoin et ceci sans nuire à l’environnement.  Les entreprises du Nouveau-Brunswick satisfont seulement 59% de la demande en biens et services alors qu’en Nouvelle-Écosse c’est 70%.

Selon le Centre for Local Prosperity, si nous augmentons au Nouveau-Brunswick de 10% notre consommation de produits et de services locaux, 14, 502 emplois seront créés, 908 $ millions en salaire seront ajoutés, le PNB augmentera de 1,8 $ milliards et 85 $millions de nouveaux revenus seront générés.

Pour devenir auto-suffisant, le secteur de l’efficacité énergétique doit grandir et permettre une réduction de nos besoins en énergie. Ainsi les coûts baisseront, les ménages et les entreprises auront plus d’argent dans leurs poches et l’empreinte du carbone diminuera.  

Dunsky Energy Consulting estime qu’en améliorant son efficacité énergétique, le Nouveau-Brunswick pourrait augmenter le nombre d’emplois par 1,849 annuellement, ce qui représenterait une augmentation nette de 25,879 emplois d’ici 2030.

Pour devenir auto-suffisant nous devons remplacer les combustibles fossiles par de l’énergie renouvelable produite localement. L’appui au développement d’entreprises qui nous aident à éliminer les pertes en énergie et à prendre avantage de l’énergie renouvelable va dynamiser notre société, va  stimuler notre économie et mobilisera la participation des jeunes au changement.

3. Soins de santé

Nous devons améliorer l’accès aux soins de santé primaires.

  • Nous devons financer la création d’un plus grand nombre de centres de santé communautaires dans lesquels travailleront en collaboration des équipes de professionnels ce qui réduira la nécessité de recruter autant de nouveaux médecins.
  • Nous devons aussi entreprendre une démarche importante pour enrayer l’abus du régime de l’assurance-maladie par certains médecins et ainsi rendre des fonds du régime disponibles pour payer  les services de santé fournis par les pharmaciens et par les infirmières-practiciennes.
  • De nouveaux et importants  investissements sont nécessaires pour  faire entrer  le  système de soins en santé mentale dans le  21ème siècle et assurer un élargissement des programmes efficaces de lutte contre les dépendances.
  • Nous devons augmenter les salaires pour permettre au secteur des soins de recruter et  de retenir les travailleurs et les  travailleuses nécessaires dans les foyers de soins et pour les soins à domicile. Il faut en plus augmenter le  nombre d’heures de soins subventionnées dans les foyers de soins.

4. Pauvreté

La pauvreté est une des plus importantes dépenses du budget. La lutte contre la pauvreté est indispensable.

La majorité des personnes prestataires d’aide au revenu sont inaptes au travail et ne devraient pas être punies pour leurs handicaps mentaux, physiques, émotionnels ou cognitifs. Le taux d’aide sociale doit augmenter de 13% pour les personnes seules et de 5% pour les autres prestataires et doit être lié, par la suite, au taux de l’inflation.

Le gouvernement provincial doit assumer la responsabilité pour l’accès au transport public de sorte que son indisponibilité ne constitue pas un obstacle à l’obtention et au maintien d’un emploi. Le budget doit prévoir du financement pour l’amélioration du transport en commun urbain et  interurbain et pour soutenir le transport en milieu rural.

Il faut augmenter le nombre de  logements abordables.  Une meilleure collaboration avec les organismes à but non-lucratif, les églises et les clubs philanthropiquess’impose.

Afin de pallier aux besoins des sans-abris, les stratégies de Logement d’abord développées à Moncton, Fredericton et Saint John doivent être pleinement financées et doivent comprendre  les services globaux ou complémentaires en cours d’hébergement.

Une augmentation régulière de 1.00$ par année est essentielle pour venir en aide aux travailleurs et travailleuses pauvres. On estime que le salaire horaire de subsistance à Saint John se situe  à 18.18$, bien loin du salaire minimum en vigueur.