David Coon with wind turbine
Home David Pour permettre le développement de l’industrie de l’énergie renouvelable, le monopole de Énergie NB sur le marché de l’électricité doit être aboli

Pour permettre le développement de l’industrie de l’énergie renouvelable, le monopole de Énergie NB sur le marché de l’électricité doit être aboli

by David
570 views

Les communautés néo-brunswickoises veulent développer leurs économies locales. Les municipalités de la province cherchent de nouvelles sources de revenus. Devant l’urgence climatique, nous devons réduire notre demande en énergie et éliminer progressivement notre consommation de combustibles fossiles. C’est en développant nos ressources abondantes en énergies renouvelables que nous réaliserons ces objectifs. Pour en apprendre plus au sujet de ce qui fait obstacle au développement de notre industrie d’énergie renouvelable, j’ai entrepris le mois dernier une tournée de la province.

Grâce à ses régimes éoliens de calibre mondial, le Nouveau-Brunswick peut être l’Alberta de l’énergie éolienne. Aujourd’hui, à 4 à 6 cents le kilowatt, le vent représente un des moyens les moins dispendieux de générer de l’électricité. Le Nouveau-Brunswick, bénéficie aux Maritimes, du meilleur potentiel de production d’énergie solaire, avec le sud-est de la province et la région Chaleur qui sont très riches en ressources solaires. Les produits agricoles, les produits forestiers et les fruits de mer sont des sources importantes de bio-déchets qui servent à la fabrication du biogaz et des biocarburants, des substituts au gaz propane, au diesel et à l’huile de chauffage.

Durant ma tournée, j’ai rencontré des maires et des dirigeants de centrales électriques municipales. J’ai rencontré des entrepreneurs du domaine de l’énergie solaire, des entrepreneurs en construction et des concepteurs. J’ai visité des installations d’énergie éolienne et solaire ainsi que des microcentrales hydroélectriques. J’en ai conclu que le potentiel de développement de l’industrie des énergies renouvelables est bloqué par l’emprise de Énergie NB sur le marché de l’électricité.

J’ai rencontré des personnes qui veulent acheter de l’énergie renouvelable. J’ai rencontré des développeurs d’énergie renouvelable. Et j’ai rencontré des investisseurs dans les énergies renouvelables. Leur réussite dépend entièrement de l’accord de Énergie NB pour l’achat et la revente de l’énergie renouvelable. Énergie NB est, dans le meilleur des cas, un partenaire récalcitrant.

Il y a 14 ans, le premier ministre Bernard Lord obligeait par règlement Énergie NB à fournir au plus tard en 2016, 10% de ses ventes en électricité provenant de sources locales en énergie renouvelable. Aujourd’hui, seulement 8.5% de l’énergie que nous consommons est généré par des installations d’énergie renouvelable développées depuis 2005.

Les municipalités qui ont leurs propres centrales d’électricité sont autorisées à acheter de l’énergie renouvelable localement des producteurs privés qui sont sur leur territoire. Saint John Energy, dans une des trois municipalités qui possèdent une centrale, prévoit acheter de l’énergie renouvelable provenant de parcs éoliens et solaires. Perth-Andover achète de l’énergie hydro-électrique alors que Edmundston génère sa propre énergie hydroélectrique. Les autres municipalités quant à elles, sont incapables d’acheter de l’énergie solaire, éolienne ou hydroélectrique de fournisseurs autres que Énergie NB.

Une partie de la solution favorisant la croissance de l’industrie de l’énergie renouvelable est règlementaire. La Loi sur l’électricité doit être modifiée pour permettre aux fournisseurs locaux d’énergie renouvelable de vendre aux acheteurs tels que les municipalités et pour permettre aux municipalités qui veulent investir dans leurs propres installations d’énergie renouvelable de tirer profit de leur investissement. Cela exige de mettre fin au monopole d’Énergie NB sur le marché de l’électricité.

L’autre pré-requis au développement d’une industrie de l’énergie renouvelable est organisationnelle. Le ministre de l’Énergie, Mike Holland doit absolument créer un département de l’énergie renouvelable dans son ministère. À l’heure actuelle, il n’y a qu’un seul groupe de fonctionnaires chargés du développement de l’énergie et il s’occupe exclusivement du développement des ressources pétrolières. Rien pour les ressources d’énergie renouvelable. Aussi longtemps que personne ne se verra confier ce mandat, nous n’avancerons pas.

Lors de la dernière session de l’Assemblée législative, j’ai déposé deux projets de loi qui visaient la croissance des industries de l’énergie renouvelable et de l’efficacité énergétique. Ces projets ont malheureusement été rejetés en deuxième lecture. Le Premier ministre dans le discours du Trône a indiqué vouloir augmenter l’énergie renouvelable et stimuler le marché vert de l’emploi. Nous n’avons toujours rien entendu de sa part à ce sujet.

J’ai rencontré le Premier ministre le 20 février dernier pour lui faire part de mes suggestions en faveur de la croissance de l’industrie de l’énergie renouvelable au Nouveau-Brunswick. J’ose espérer que nous pourrons collaborer pour apporter les changements nécessaires à la Loi et à l’organisation du ministère du Développement de l’énergie et des ressources afin de favoriser la croissance de l’industrie de l’énergie renouvelable au Nouveau-Brunswick de sorte à la rendre largement disponible et à réduire notre consommation de combustibles fossiles.