Home David Commentaire : Nous pouvons nous y rendre à partir d’ici – il suffit de coopérer

Commentaire : Nous pouvons nous y rendre à partir d’ici – il suffit de coopérer

by Josh O'Donnell
301 views

Par David Coon

Le vieux dicton dans l’Est du Maine qui dit « Vous ne pouvez pas vous y rendre à partir d’ici » est presque devenu réalité le mois dernier pour les personnes qui doivent se déplacer entre le Nord et le Sud du Nouveau-Brunswick, à moins qu’elles ne puissent conduire.  

La société d’État fédérale qui assurait le service ferroviaire de passagers entre Campbellton, Moncton et Halifax a empêché ses trains de s’aventurer à l’est du Québec l’année dernière. Ensuite, la société Maritime Bus, basée à l’Île-du-Prince-Édouard, a failli retirer ses autobus de la circulation, car la pandémie a eu raison de ses passagers. Une décision de dernière minute du premier ministre Higgs d’accorder une subvention de 750 000 dollars a permis de maintenir, pour l’instant, les liaisons par autobus entre Fredericton et Edmundston, Moncton et Campbellton, et Fredericton et Moncton.

Dans l’extrême sud-ouest de la province, le gouvernement Higgs a financé le minuscule traversier touristique d’été entre l’île de Campobello et Deer Island pour assurer le service pendant l’hiver. Cela permet aux habitants de Campobello d’éviter le long voyage à travers la zone chaude que sont devenus les États-Unis, tout en offrant une liaison vers l’île aux habitants du continent qui ne peuvent plus se rendre aux États-Unis. Le service est irrégulier, car il n’a jamais été conçu pour le vent et la mer que l’hiver apporte. 

Comment notre réseau de transport en commun est-il devenu aussi fragmenté et fragile? Comme Grand Manan et Deer Island, Campobello était autrefois reliée au continent par un traversier.    Des trains de navette reliaient Fredericton et Saint John. Un service ferroviaire quotidien reliait le Nord au Sud. Un service d’autobus était disponible à peu près partout où habitaient les gens.

Le besoin de services de transport en commun augmente avec le vieillissement de la population, l’augmentation du coût de la propriété et de l’assurance automobile, le nombre croissant d’immigrants, la régionalisation des services publics et l’impératif de réduire la pollution au carbone liée au transport. 

Avec des services de transport en commun en désordre, c’est comme s’il n’y avait personne aux commandes – et c’est exactement le cas. En fait, le ministère des Transports et de l’Infrastructure n’a pas pour mandat de superviser la coordination des services de transport en commun. Aucun fonctionnaire n’a cette responsabilité. Le Nouveau-Brunswick n’a eu qu’une seule stratégie en matière de routes.  Il n’y a jamais eu de stratégie de transport intégrée.  

 Cela explique en partie pourquoi le Nouveau-Brunswick n’a pas touché un sou des 120 millions de dollars de financement fédéral pour les projets de transport en commun alloués à la province dans le cadre de l’Accord d’infrastructure de 673 millions de dollars sur dix ans qui a été signé avec Ottawa en 2018.

Personne n’était là pour fournir des conseils sur le financement des transports et comment il pourrait être adapté aux besoins du Nouveau-Brunswick.  Une stratégie de transport en commun sur dix ans rédigée pour le gouvernement, à l’initiative de la Société d’inclusion économique et sociale, aurait pu fournir des conseils, mais elle s’empoussiérait sur une étagère. L’Accord d’infrastructure avec Ottawa a été entériné avec 120 millions de dollars prévus pour les transports en commun dont l’utilisation est limitée aux services de transport en commun municipal uniquement.

Le premier ministre veut que nous devenions plus autonomes, mais si vous ne pouvez pas vous payer un véhicule ou si vous êtes incapable d’en conduire un, cette autonomie devient un objectif impossible à atteindre.  De même, il est impossible de réduire considérablement notre empreinte carbone sans transformer le temps de conduite en temps de déplacement en autobus ou en train.  

 Pour atteindre nos objectifs sociaux, économiques et environnementaux, nous devons devenir plus autonomes en matière de transports en commun. Comment construire un réseau de transport en commun qui réponde à nos besoins, et quelles recettes financeront les investissements publics nécessaires?

C’est un travail pour une institution publique qui dépasse les frontières provinciales. Je propose la création d’une autorité de transport des Maritimes, une société d’État régionale, qui puisse soutenir le développement d’un réseau de transport en commun qui nous permette de nous rendre là où nous devons aller, quand nous devons aller, dans l’ensemble des Maritimes.  

J’envisage un système cohérent de services régionaux de transport de passagers par chemin de fer ou par autobus, et de services de transport local comprenant un mélange d’entreprises privées, publiques et communautaires. Nous disposons déjà de Maritime Bus, basé à l’Île-du-Prince-Édouard, qui assure certains services d’autobus, et qui pourrait être développé. Il existe des services de transport en commun dans certaines régions, des services de traversier dans d’autres, mais pas de services ferroviaires. Il est temps de mettre en place un service ferroviaire dans les Maritimes. Un seul billet devrait vous permettre d’aller où vous voulez, de votre porte à l’autre. Les recettes de la taxe sur le carbone peuvent contribuer à soutenir les coûts d’exploitation. 

 Le premier ministre Justin Trudeau promet de dépenser près de 15 milliards de dollars dans les transports en commun au cours des huit prochaines années. Saisissons cette occasion pour les Maritimes, ensemble, d’accroître le bien-être de nos citoyens et de nous propulser vers une économie plus verte en insufflant la vie à un réseau de transport en commun viable sur lequel nous pouvons compter pour pouvoir nous y rendre d’ici.

David Coon est le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et le député de Fredericton-Sud.