Home » Les députées de la région de Tantramar veulent que les gouvernements provinciaux cessent d’ignorer l’isthme de Chignecto 

Les députées de la région de Tantramar veulent que les gouvernements provinciaux cessent d’ignorer l’isthme de Chignecto 

by Josh O'Donnell
468 views

AMHERST, N.-É./SACKVILLE, N.-B. – La députée de Cumberland-Nord, Elizabeth Smith-McCrossin, et la députée de Memramcook-Tantramar, Megan Mitton, ont uni leurs forces dans l’espoir de faire pression sur leurs gouvernements provinciaux respectifs pour qu’ils reviennent sur leur décision de ne pas présenter de demande au Fonds fédéral d’atténuation des effets des catastrophes et d’adaptation pour faire face au risque majeur d’inondation qui menace les réparations de l’isthme de Chignecto.

 « La date limite de dépôt des demandes est le 19 juillet et il semble qu’aucun des deux gouvernements n’ait l’intention de profiter de l’occasion pour assurer le financement de ce projet d’infrastructure essentiel », a déclaré Mme Smith-McCrossin.

 « Malgré les avertissements des experts, nos gouvernements continuent d’utiliser le projet comme une sorte de ballon politique en demandant au gouvernement fédéral d’en payer le coût total. Il est temps de prendre les choses au sérieux et de protéger cette liaison vitale de transport, de services publics et de communication avant qu’une catastrophe ne se produise », a ajouté Mme Mitton.

Mitton et Smith-McCrossin continuent de s’inquiéter du manque apparent d’urgence de la part des deux gouvernements.

 « D’autres régions de notre pays et du monde ont ignoré des avertissements similaires et les résultats ont été dévastateurs », a déclaré Mme Mitton. « Les inondations d’Abbotsford (Colombie-Britannique) en 2021 et les ruptures de digues à La Nouvelle-Orléans après l’ouragan Katrina sont de parfaits exemples de ce qui peut se produire lorsque des travaux essentiels comme celui-ci ne sont pas effectués en temps voulu. »

 Les deux députées conviennent qu’il est temps que les deux premiers ministres se rendent dans l’isthme et parlent avec des experts locaux qui comprennent vraiment les dangers réels auxquels la région est confrontée. « Ils doivent quitter leurs bureaux de Fredericton et de Halifax et se rendre compte par eux-mêmes de la situation. Ils doivent tout simplement écouter avant qu’il ne soit trop tard », a averti Mme Smith-McCrossin.

-30-