Home » Le nouvel accord sur les soins de santé doit inclure un supplément démographique

Le nouvel accord sur les soins de santé doit inclure un supplément démographique

by Liane
214 views

Le 6 février 2023

Le nouvel accord sur les soins de santé doit inclure un supplément démographique

FREDERICTON – En prévision de la rencontre entre le premier ministre Trudeau et les premiers ministres provinciaux, mardi, le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton-Sud, David Coon, demande au premier ministre Higgs d’insister pour que le Nouveau-Brunswick reçoive un supplément démographique afin de fournir un financement supplémentaire pour les soins de santé qui reflète ses défis démographiques uniques.

« Le premier ministre Higgs doit insister pour que le Nouveau-Brunswick reçoive un complément démographique afin de reconnaître que les coûts des soins de santé sont proportionnellement plus élevés que ceux de nombreuses autres provinces en raison de notre population plus âgée et du grand nombre de départs à la retraite parmi nos professionnels de la santé », a déclaré M. Coon. « Le Nouveau-Brunswick a reçu un financement fédéral supplémentaire lorsque nous avons adhéré au programme national d’assurance-maladie afin de reconnaître les circonstances financières difficiles auxquelles nous étions confrontés à l’époque. Un soutien financier supplémentaire est à nouveau justifié compte tenu de nos besoins uniques. »

L’automne dernier, le premier ministre Higgs a utilisé sa majorité pour adopter des modifications législatives qui permettront aux sociétés de fournir certaines interventions chirurgicales dans des centres chirurgicaux privés. Maintenant, le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a annoncé son intention de suivre les traces de M. Higgs.

« Toutefois, avec l’augmentation du financement fédéral, nous devons protéger notre système de santé géré par le secteur public contre la mainmise croissante des intérêts corporatifs », a déclaré M. Coon. « Les nouveaux fonds fédéraux doivent être assortis de la condition qu’ils ne servent pas à financer les intérêts des entreprises qui cherchent à prendre le contrôle des services de santé. L’argent public ne doit pas être utilisé pour payer des dividendes aux investisseurs dans les soins de santé privés. »

-30-