Home Communiqué de presse L’ancien champ de tir de Tracadie devrait être cogéré par la communauté locale en partenariat avec la Nation M’ikmaq

L’ancien champ de tir de Tracadie devrait être cogéré par la communauté locale en partenariat avec la Nation M’ikmaq

by Liane
229 views

Le 2 février 2022

L’ancien champ de tir de Tracadie devrait être cogéré par la communauté locale en partenariat avec la Nation M’ikmaq

Le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton-Sud, David Coon, affirme que les 18 000 hectares de forêt et de rivières de l’ancien champ de tir de Tracadie devraient être cogérés par la communauté locale en partenariat avec la Nation M’ikmaq.  

Les terres ont été expropriées par le gouvernement fédéral en 1939, déplaçant les populations de Charnisay et de St. Michel, et ont été rendues à la province du Nouveau-Brunswick en 1997.  

« Ces terres ont été utilisées par des générations de familles de la région de Tracadie, et historiquement par les Mi’kmaq », a déclaré Coon. « Il s’agit d’une occasion parfaite pour ces deux communautés de coopérer dans la gestion de l’utilisation des terres de l’ancien champ de tir de Tracadie afin qu’elles soient écologiquement durables pour les loisirs et le développement des communautés locales. »

Le porte-parole du Parti vert en matière de développement et de vitalité des territoires et député de Kent-Nord, Kevin Arseneau, affirme que ce conflit est à la base un conflit d’usage et doit être traité ainsi. Le développement de monoculture n’est ni productif pour la souveraineté alimentaire des citoyens et des citoyennes de la province, ni voulu quand une transition écologique est un besoin si urgent. 

« Le gouvernement doit immédiatement cesser toutes coupes et pertes violentes de biodiversité de ce milieu pour à la fois consulter la Nation Mi’kmaq, et s’asseoir avec la communauté locale », a déclaré M. Arseneau. « Cette façon unilatérale d’agir du gouvernement nous rappelle l’approche qu’ont eu les partis traditionnels au pouvoir depuis toujours : ignorer les populations locales tout en ouvrant grand la porte aux des industries et intérêts, plus souvent qu’autrement de l’extérieur, aveuglé par le profit. »

« Le gouvernement venant de mettre en place une réforme importante de la gouvernance locale, ils ont aujourd’hui une occasion en or de démontrer la sincérité de cette réforme voulant que les communautés dynamiques et viables passent par une plus grande implication de ceux-ci », a déclaré M. Arseneau.

-30-