Home Communiqué de presse La députée verte dépose une motion demandant que la réforme des soins de santé soit soumise à un comité législatif et demande des documents concernant le plan de réforme de la santé

La députée verte dépose une motion demandant que la réforme des soins de santé soit soumise à un comité législatif et demande des documents concernant le plan de réforme de la santé

by Intern Two
321 views

Le 11 mars 2020

 La députée verte dépose une motion demandant que la réforme des soins de santé soit soumise à un comité législatif et demande des documents concernant le plan de réforme de la santé

Le députée de Memramcook-Tantramar, Megan Mitton, a déposé aujourd’hui une motion à l’Assemblée législative pour référer la question de la réforme des soins de santé à un comité législatif, quelques mois après que le leader du Parti vert ait proposé un comité multipartite sur la réforme des soins de santé.

« J’espère que mes collègues voient maintenant le mérite d’un comité législatif qui se penche sur la question de la réforme des soins de santé », a déclaré Mitton. « Nous avons vu à quoi ressemble cette réforme lorsqu’elle se fait à huis clos. Donnons à cette question le temps et les ressources qu’elle mérite pour trouver de vraies solutions qui fonctionnent à la fois pour les communautés urbaines et rurales. »

Mitton a également déposé une motion demandant au gouvernement de publier les documents relatifs à sa réforme planifiée en matière de soins de santé, y compris toutes les notes d’information, la correspondance et les plans provisoires et définitifs, y compris les plans pour les phases futures, ainsi que les procès-verbaux des réunions et des motions adoptées lorsque les conseils d’administration des réseaux santé Horizon et Vitalité ont approuvé le plan.

« Les Néo-Brunswickois sont scandalisés par le manque de transparence et de consultation lors de la réforme des soins de santé du mois dernier », a déclaré Mitton. « On a dit à ceux qui vivent dans les régions rurales du Nouveau-Brunswick qu’ils ne peuvent pas comprendre les problèmes complexes auxquels ils sont confrontés et qu’ils sont trop émotionnels. Cela est insultant et ce n’est qu’une excuse pour ignorer les Néo-Brunswickois ruraux. Le gouvernement ne devrait pas ignorer les préoccupations de la moitié de la population. »

– 30 –