Home » Il n’y a qu’un seul monde. Ce que nous faisons à la Terre, nous nous le faisons à nous-mêmes

Il n’y a qu’un seul monde. Ce que nous faisons à la Terre, nous nous le faisons à nous-mêmes

by Josh O'Donnell
523 views

Le Jour de la Terre est le moment idéal pour réfléchir à notre relation avec la planète.

Nous dépendons entièrement de la Terre pour notre alimentation, notre santé et l’air que nous respirons. Nous sommes intégrés dans une grande toile de vie, soutenue par un climat vivable, une atmosphère respirable et un accès facile à l’eau douce. Cependant, il y a des limites à ce que la Terre peut supporter. Lorsque nous dépassons ces limites, nos systèmes de survie commencent à s’effondrer. Et c’est ce qui est en train de se produire.

Notre société de consommation fonctionne comme s’il n’y avait pas de limites, tout comme notre économie. Les partis politiques traditionnels fondent leurs politiques sur la même hypothèse. C’est la raison pour laquelle nous ne voyons plus de réglementations visant à limiter la pollution, la destruction des habitats ou les substances chimiques dangereuses dans les produits de consommation.

Nous avons déjà dépassé les limites sûres de la croissance de l’utilisation du gaz, du pétrole et du charbon, car notre atmosphère et nos océans ne peuvent plus recycler en toute sécurité la pollution par le carbone qui en résulte. En conséquence, notre monde se réchauffe et nos eaux océaniques s’acidifient. Les conséquences pour nos approvisionnements alimentaires et pour les familles d’agriculteurs et de pêcheurs qui dépendent de la terre et de la mer pour leur subsistance sont préoccupantes.

Il existe des limites claires à la quantité d’habitat qui peut être détruite dans nos forêts, nos rivières et nos baies côtières avant que les populations animales et végétales ne déclinent et ne commencent à disparaître. Nos biologistes provinciaux l’ont reconnu et ont fixé une limite à la quantité d’habitats forestiers pouvant être supprimée. Cette limite a été abandonnée en 2014 afin d’augmenter la quantité d’arbres pouvant être coupés par les grandes entreprises forestières.

Et qu’en est-il des limites imposées aux concoctions chimiques appliquées à la terre, infusées dans nos aliments et incorporées dans les produits de consommation ? L’augmentation des taux de cancer et les dommages causés à la reproduction humaine suggèrent que nous avons depuis longtemps dépassé ces limites.

C’est comme si nous croyions qu’il existe deux mondes différents : le monde des hommes et le monde de la nature. Bien sûr, c’est de la foutaise. Il n’y a pas deux mondes. Il n’y a qu’un seul monde. Ce que nous faisons à la Terre, nous nous le faisons à nous-mêmes.

La publication en 1972 de l’ouvrage Limits to Growth a choqué le monde entier en examinant les effets de la croissance exponentielle sur un monde dont les ressources sont limitées. Cette publication a donné lieu à d’importants travaux d’économistes tels que E.F. Schumacher, Herman Daly, Peter Victor, Kate Raworth et Tim Jackson. Ils ont proposé des stratégies de développement économique qui reconnaissent les limites de la croissance dans un monde aux limites définies. Pour en savoir plus, regardez l’excellent documentaire diffusé sur Netflix, « Breaking Boundaries – the Science of our Planet ».

L’une des choses qui distinguent le parti vert des autres partis politiques est qu’il reconnaît qu’il y a des limites à la croissance dans un monde qui a ses limites. Les Verts considèrent l’échelle de notre consommation comme le point de départ. Comment faire en sorte que l’échelle de notre économie s’inscrive dans les limites de fonctionnement sûres de notre monde ? Pour réduire notre consommation de combustibles fossiles et de minéraux nécessaires à la fabrication des batteries des voitures électriques, nous devons conduire moins. Pour garantir qu’il y ait suffisamment d’habitats forestiers pour soutenir les populations animales et végétales, il faut réduire les coupes à blanc. Pour réduire les taux de cancer et les dommages causés à la reproduction, il faut limiter l’utilisation de produits chimiques dangereux.

Si nous nous préoccupons sérieusement de l’ampleur des problèmes écologiques auxquels nous sommes confrontés, c’est à ce genre de questions que nous devons collectivement faire face.

Il faut une action collective pour changer les priorités politiques, et il faut un leadership pour y parvenir. Je parle d’agir pour le bien commun. C’est la meilleure façon de garantir que la Terre reste hospitalière pour nos enfants et nos petits-enfants. Et cela ne ferait pas de mal si nous suivions le conseil contenu dans l’une des nouvelles chansons de Neil Young « Love Earth » pendant que nous y sommes.