Home David Déclaration du caucus vert – Notre vision pour les soins de santé au Nouveau-Brunswick

Déclaration du caucus vert – Notre vision pour les soins de santé au Nouveau-Brunswick

by Liane
410 views

La vision du caucus vert pour les soins de santé au Nouveau-Brunswick est que les citoyens du Nouveau-Brunswick, dans les régions rurales et urbaines de la province, obtiennent les services de santé dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin et où ils en ont besoin.

Tous les Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises ont droit à des soins de santé de qualité. La pandémie mondiale a mis en évidence les améliorations nécessaires pour faire entrer le système de santé du Nouveau-Brunswick dans le XXIe siècle.

Nous devons améliorer les services de soins de santé primaires dans toutes les communautés en adoptant un modèle de pratique fondé sur l’équipe de soins de santé intégrée. Ce modèle doit être relié de façon transparente aux soins de santé mentale.

Le transport pour les rendez-vous de soins de santé est également une question qui doit être abordée. C’est un problème qui touche particulièrement les aînés et les autres personnes qui souffrent de maladies chroniques qui les empêchent de conduire ou qui n’ont pas les revenus nécessaires pour posséder un véhicule. Des transports publics fiables, à l’échelle de la province, sont nécessaires pour résoudre ce problème.

Prise de décision locale

La gestion de notre système de santé est devenue tellement centralisée qu’elle a perdu le contact avec les besoins et les attentes des communautés locales.  La décentralisation permettra une meilleure prise de décision qui reflète les réalités locales.

Cela nécessitera la création de conseils de santé communautaires locaux pour décider des services à offrir en fonction des besoins et des attentes des personnes qu’ils desservent.

Dans le cadre du passage à la décentralisation, il faut rétablir le rôle essentiel de l’administrateur de l’hôpital pour gérer son établissement, en collaboration avec le personnel médical et non médical qui y travaille. Cela créera un véritable sentiment d’appartenance pour le personnel de l’hôpital, confiant qu’il fait partie d’une équipe axée sur le service des meilleurs intérêts de ses patients et patientes.

Soins de santé primaire

Nous devons élargir la voie d’accès aux services de santé en mettant fin au rôle du médecin en tant que gardien du système. L’époque où les médecins solitaires étaient votre seul billet d’entrée dans le système de santé, sans aller aux urgences, doit prendre fin.

Nous avons besoin d’une nouvelle entente avec les médecins de famille qui les verrait intégrés avec les infirmières, les infirmières praticiennes, les travailleurs sociaux, les diététiciens, les spécialistes de la santé mentale, les pharmaciens et autres dans des équipes de soins de santé primaires qui travailleraient ensemble pour fournir les meilleurs services de santé à leurs patients. Cet arrangement inciterait de nombreux nouveaux médecins et infirmières praticiennes à s’installer au Nouveau-Brunswick.

Le gouvernement devrait établir des centres de santé communautaires dans toute la province. Ces centres offriraient les services de divers professionnels, notamment des médecins de famille, des spécialistes des soins de santé mentale, des infirmières praticiennes, des diététistes, des techniciens respiratoires et des sages-femmes. Ils seraient conçus pour répondre aux besoins et aux attentes de leurs communautés en matière de santé.

Soins de santé mentale

Une action audacieuse est nécessaire pour faire face à la crise des soins de santé mentale au Nouveau-Brunswick. Le gouvernement doit rapidement mettre en œuvre l’engagement qu’il a pris pendant sa campagne d’ouvrir des cliniques de santé mentale sans rendez-vous dans toute la province. L’assurance-maladie doit couvrir les coûts de la psychothérapie afin d’assurer un accès universel. Des soins de santé mentale d’urgence doivent être fournis en transformant nos équipes mobiles de crise en santé mentale en premiers répondants 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Les régies régionales de la santé gèrent des équipes mobiles de crise en santé mentale dans la province, mais leurs heures d’ouverture et leur portée géographique sont limitées par leur financement, ce qui laisse aux services de police le soin de répondre aux appels de santé mentale, pour lesquels ils n’ont aucune formation. Les équipes mobiles de crise en santé mentale doivent être financées pour servir de nouvelle catégorie de premiers répondants afin qu’il y ait des professionnels de la santé mentale formés pour répondre aux appels de santé mentale ou de « bien-être », 24 heures sur 24, plutôt que la police.

Soins de santé en milieu communautaire

À Fredericton, nous avons d’excellents exemples de soins de santé communautaires qui devraient être courants dans toute la province. L’accès aux sages-femmes n’est pas disponible hors de Fredericton. De nombreuses autres communautés bénéficieraient de la création de centres de santé communautaires comme ceux de Fredericton et de Minto. Les soins de santé affirmatifs du genre ne sont pas largement accessibles aux membres de la communauté LGBTQ, et ils doivent l’être. L’accès aux services d’avortement reste déraisonnablement limité aux hôpitaux, et à ce titre, limité aux hôpitaux de Bathurst et de Moncton. Les initiatives de réduction des risques liés à la toxicomanie restent peu développées, le nouveau centre de rétablissement de Riverstone étant une exception notable. Il faut remédier à ces lacunes dans la prestation des soins de santé au sein de la communauté.

Soins de santé d’urgence

Le modèle de déploiement dynamique utilisé pour les soins paramédicaux s’est avéré impropre à la tâche, permettant aux zones urbaines d’être insuffisamment soutenues, ce qui oblige à éloigner les paramédicaux des zones rurales pour leur apporter un soutien, laissant ces communautés exposées.

Soins de santé préventifs

Les soins de santé préventifs sont souvent ignorés dans les discussions sur les soins de santé, mais s’ils ne sont pas abordés, ils continueront à contribuer à certains des problèmes auxquels nous sommes confrontés. Le gouvernement doit donner à la santé publique les ressources nécessaires pour mettre en œuvre une initiative de santé préventive plus vaste et ciblée. Cela doit être fait sur une base régionale en utilisant les médecins-hygiénistes régionaux de la santé publique et les infirmières en santé publique. Les évaluations de la santé communautaire du Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick fournissent d’excellentes données pour adapter les mesures de soins de santé préventifs à des communautés spécifiques qui pourraient être utilisées à cette fin.